21: La rue Poulet

Publié le par la Goutte d'Or: Trésor caché de Paris-Nord

 

RUE DOUDEAUVILLE

 

 

IMG_1221new.jpg

 

 

 

 

 

RUE DES POISSONNIERS

 

 

 

 

IMG_1229.JPG 

 

 

RUE POULET

 

 

 

 

IMG_1234.JPG

 

 

Le quartier de la Goutte d’Or est une zone de grande activité commerciale s’étalant autour de la station de métro Château Rouge et du marché Dejean, c'est-à-dire le sous quartier Château Rouge (Il faut savoir que pour les habitants, habiter dans le quartier Château Rouge ne veut pas toujours dire habiter à la Goutte d’Or). Ce quartier est en effet, un véritable centre commerciale régionale qui rayonne, grâce à son atmosphère exotique et pittoresque. Les boucheries, épiceries, joailleries, magasins de tissus, de téléphonies et de beauté africaines, y sont les spécialités dominantes. Les commerces sont ouverts jusqu’à 2Oh et le dimanche matin, créant ainsi une ambiance conviviale et dynamique dans ce quartier. Ces quelques rues, notamment la rue Poulet, sont souvent associées à des souks, ou l’on peut même troquer avec les vendeurs.

            L’Afrique à Paris, c’est une palette d’une grande variété que finalement peu de gens connaissent. Une communauté pleine de richesses qui se mélange souvent au monde maghrébin. En vous rendant à la Goutte d’or vous êtes plongé dans cet univers, d’ailleurs les noms des rues parlent d’eux-mêmes : Oran, Tombouctou, Suez… La communauté antillaise s’est au départ développé dans le XVIIIème, puis par extension vers les portes de la Chapelle et de Clignancourt. Depuis la communauté est restée et se retrouve autour de Château Rouge et des rues Poulet et Dejean. Ce quartier est une sorte de souk permanent où les vendeurs de tissu sont congolais, les tailleurs sénégalais ou béninois, les restaurants antillais ou tunisiens et les épiceries sont internationales.

 

IMG_1236.JPG

 

En ce qui concerne la cuisine, vous découvrirez quatre sortes de cuisine correspondant aux grandes divisions géographiques : De la côte, de l’intérieur, du golfe et bantoue. On y retrouve différentes huiles ( de palme, d’arachide), des pâtes uniformes ( de manioc, de karité) et des farines .

-      La cuisine de la côte : souvent à base de poisson frais ou fumé. D’abord, le riz au poisson appelé tiéboudienne, qui est le plat national sénégalais. Le tieb farçi est doré au four ou frit à l’huile avant que ne soit préparé le riz concassé avec tomates, carottes, chou. Quant au thiof (ou thiou), ce sont des crevettes à la sauce tomate avec du riz.

-      La cuisine de l’intérieur : le maffé, plat traditionnel paysan de l’ouest malien, est composé de viande de bœuf, poulet ou mouton en ragoût avec de la sauce de pâte d’arachide. Il est servi avec du riz. Egalement représentatif, le Yassa, poulet mariné au citron vert et piments et cuit au beurre de coco.

-      La cuisine du golfe (Côte d’Ivoire, Togo, Cameroun) : Beaucoup de plat à base de crevettes séchées, d’huile de palme, de gombo et de maïs. Noter le poulet kedjennou ; à l’ivoirienne il est mijoté avec des tomates, des oignons et des herbes. Le foutou (ou foufou), plat national ivoirien, se présente sous forme de boules compactes avec une délicieuse sauce aux graines, servies avec viande ou poisson, bananes ou ignames. On trouve également le djécoumé, plat venu du Togo, volaille ou poisson à la farine de mil ; et le coïdou béninois (à mi chemin entre soupe et pot-au-feu.)

-      La cuisine bantoue : surtout représentée par le n’dolé, plat typiquement camerounais à base d’une sorte d’épinards, de viande ou de poisson, préparé avec des arachides, des épices et cuit à l’étouffé dans des feuilles de bananes. Vous pourrez peut-être goûter au saka-saka, le plat congolais par excellence (poisson séché, feuille de manioc et riz) ou à la feijoada (d’origine angolaise mais d’aspiration lusitano-brésilienne.)

 

 

 

Commenter cet article